La technologie GPL, vraiment plus propre ?

Les moteurs alimentés au GPL perdent-ils de leurs intérêts environnementaux au fil des évolutions technologiques ?

En France, le carburant GPL a un rôle à jouer dans les objectifs gouvernementaux pour améliorer la qualité de l’air. Communiqué de presse du 8 décembre 2014

La Commission européenne a « approuvé en principe » le classement du gaz et du nucléaire (électricité) au rang des « énergies de transition ». Communiqué de presse du 2 Février 2022

https://www.francegazliquides.fr/2022/02/16/taxonomie-le-gaz-classe-en-energie-verte-par-la-commission-europeenne/

Renouvelables : la Californie se lance dans la distribution de bioGPL. Communiqué de presse du 16 Février 2022

https://www.francegazliquides.fr/2022/03/10/renouvelables-la-californie-se-lance-dans-la-distribution-de-biogpl/ 

Le rôle des bio gaz et Gaz liquide dans la transition énergétique Communiqué de presse du 14 Mars 2022

https://www.francegazliquides.fr/2022/02/16/taxonomie-le-gaz-classe-en-energie-verte-par-la-commission-europeenne/

Le GPL, l’énergie écologique

Communiqué de presse

Emissions automobiles : le GPL confirmé comme carburant « vert »

La première étude scientifique européenne à comparer les trois principaux carburants souligne les qualités en matière de santé publique et d’environnement du GPL.

Paris, le 6 avril 2004 – Une étude scientifique européenne de grande ampleur, qui compare les émissions polluantes d’automobiles diesel, essence et GPL, montre que les moteurs GPL rejettent notamment 20 fois moins d’oxydes d’azote (NOx) que les moteurs diesel. Les oxydes d’azote jouent un rôle majeur dans la formation des pics de pollution urbaine qui peuvent avoir des conséquences graves sur la santé des jeunes enfants et des personnes âgées.

L’étude révèle aussi que, contrairement aux idées reçues, les niveaux d’émissions de dioxyde de carbone (CO2) du GPL sont comparables à ceux du moteur diesel. Le GPL ne produit pas de particules contrairement aux moteurs diesel. L’étude confirme pour l’essentiel de meilleures performances du GPL par rapport à l’essence en termes d’émissions.

Cette étude a été réalisée par 4 laboratoires indépendants européens – en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne – et commanditée à la fois par des Institutions publiques (l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), l’Energy Saving Trust, le Ministère hollandais de l’Environnement), des Organismes professionnels (le Comité Français du Butane et du Propane (CFBP), la Liquefied Petroleum Gas Association, la Vereiniging Vloeibaar Gas), comme par les principaux distributeurs de GPL (BP LPG, Shell LPG, SHV, Totalgaz).

L’étude analyse les émissions d’une dizaine de modèles automobiles commercialisés sur le marché européen, représentatifs d’une gamme de constructeur généraliste et tous disponibles dans chacune des trois motorisations, soit une trentaine de véhicules au total. Ceux-ci ont été soumis consécutivement à trois séries de tests normés qui permettent de reproduire au plus près les conditions d’utilisation quotidienne.

Ces résultats arrivent à un moment clé où l’ensemble des Gouvernements cherche à réduire la pollution urbaine liée aux transports. Ils apportent aussi une réponse à l’ancien Ministre français de l’Environnement qui avait semblé remettre en cause le développement de la filière GPL.

« Cette étude confirme le statut de carburant propre du GPL. Parmi celles immédiatement accessibles, la motorisation GPL est aujourd’hui la plus largement disponible et une des plus pratiques pour un usage quotidien » a ajouté M. Joël Pedessac, directeur général du CFBP, qui a dans le même temps lancé un double appel en direction du Gouvernement et des constructeurs automobiles.

Au premier, le CFBP demande la reconduction des incitations fiscales existantes ainsi que la mise en place de campagnes d’information et de promotion en faveur des motorisations propres. Aux seconds, le CFBP les invite à intensifier les recherches, comme celles sur le développement de l’injection liquide, afin de faire progresser les performances du GPL.

Source : Comité Français du Butane et du Propane